• Katia Vermette

La Fondation rencontre Marie-Josée Tardif, massothérapeute agréée certifiée

Marie-Josée Tardif est massothérapeute agréée certifiée. Avec son approche très humaine et sa grande énergie, elle contribue à apaiser le quotidien d’une clientèle vivant avec de la douleur chronique. Elle a généreusement accepté l’invitation de Michaël Harvey, gestionnaire des réseaux sociaux de la Fondation de la massothérapie, et s’est confiée, le temps d’une entrevue, sur son rôle de massothérapeute et sur son implication auprès de la Fondation.


Michaël Harvey — Qu’est-ce qui t’a mené vers une carrière en massothérapie ? Marie-Josée Tardif — Le corps humain m’a toujours fasciné. En secondaire 3, j’ai fait un test d’orientation professionnelle et on m’a dit que je deviendrais mécanicienne ! J’étais étonnée, parce que la mécanique ne m’intéressait pas du tout. Plus tard, je me suis rendu compte que le corps humain m’intéressait, autant sa mécanique que la santé physique et mentale. J’ai donc complété un baccalauréat en kinésiologie. Plus tard, j’ai poursuivi avec une formation en massothérapie pour travailler plus spécifiquement la biomécanique du corps.

Michaël Harvey — J’ai visité ton site Web, qui s’appelle « Le pont massothérapie ». Quelle est l’image, la signification derrière ce nom ?

Marie-Josée Tardif — L’idée du pont a plusieurs significations. D’abord, je suis le pont entre la personne et son bien-être. C’est aussi le fait que la personne décide de prendre le pont, donc d’aller mieux, de prendre soin d’elle. Mes mains représentent aussi le pont.


Michaël Harvey — Pendant un soin de massothérapie, qu’est-ce qui est important pour toi ?

Marie-Josée Tardif — Je pose beaucoup de questions à la personne sur sa santé générale. A-t-elle des problèmes de santé importants ? Des diagnostics ont-ils été posés par le médecin ? Je vais très loin dans mon questionnement, c’est-à-dire que je pars de l’enfance et je remonte jusqu’à aujourd’hui (p. ex., les sports pratiqués, le type de travail effectué, les accidents de voiture, les traumatismes, etc.). Depuis que je questionne mes clients de cette manière, mes résultats sont bien meilleurs qu’avant en massothérapie.

Michaël Harvey — Tu travailles avec la Fondation de la massothérapie depuis un an. Pourquoi as-tu décidé de t’impliquer auprès de la Fondation ?

Marie-Josée Tardif — J’ai travaillé plusieurs années en philanthropie. Pour moi, le fait de travailler pour une cause qui a un objectif humain a toujours été extrêmement important. C’est certain que dans mon parcours d’études, j’ai toujours choisi des cours supplémentaires en lien avec la douleur. J’allais donc naturellement vers une spécialisation en douleur chronique. Il y a aussi eu un concours de circonstances, du fait que j’ai ouvert mon entreprise à temps plein au même moment où l’on m’a proposé de reprendre une clientèle en douleur chronique pour la Fondation. Le chemin était donc tout tracé pour que j’intègre les rangs de la Fondation de la massothérapie !

Michaël Harvey — Pour la Fondation de la massothérapie, tu offres des soins aux membres de l’Association québécoise de la douleur chronique, une clientèle qui est durement éprouvée par la maladie. J’aimerais que tu me parles de cette clientèle.

Marie-Josée Tardif — D’emblée, ce sont des gens qui sont très en souffrance. De la souffrance physique, mais aussi de la souffrance psychologique, parce que ça fait des années qu’ils endurent la douleur. Leur douleur est toujours là, elle irrite, elle fatigue. Ce sont souvent des gens qui se sont fait dire qu’il n’y avait plus rien à faire, que c’était dans leur tête. Quand ils arrivent dans mon bureau, je les accueille sans jugement.

Michaël Harvey — Quels bienfaits de la massothérapie observes-tu auprès de ta clientèle en douleur chronique ?

Marie-Josée Tardif — C’est variable d’une personne à l’autre. Les gens vivant avec des migraines chroniques par exemple viennent pour la détente, ils voient la massothérapie comme un répit. Pour ceux dont les vertèbres sont soudées, le massage aide à délier et à diminuer les tensions. Ces gens ressentent un soulagement pendant plusieurs jours après le soin. Il y a même certaines personnes pour qui les bienfaits du massage perdurent dans le temps.

Pour visionner l’entrevue complète avec Marie-Josée Tardif et pour expérimenter la


méditation guidée qu’elle nous a généreusement offerte, cliquez ici !

fondation de la massotherapie

La Fondation de la massothérapie a été fondée en 2010 et sa mission consiste à contribuer à la santé et à la qualité de vie des personnes vivant avec un cancer, de la douleur chronique ou trouble de santé mentale.

Courriel : info@fondationfm.ca

Tél : 514 597-0505 ou 1 800 363-9609

Adresse : 4428 boul. St-Laurent #400, Montréal, Qc, H2W 1Z5

© 2020 Fondation de la Massothérapie |